Ajouter à une liste de favoris

Il est mille et une manières de découvrir Troyes, la ville aux innombrables visages. Mille et un fils sur lesquels on peut tirer pour dévider la pelote troyenne.

Le fil bleu

C’est celui de l’eau, omniprésente à Troyes.

Avant de traverser Paris en majesté, la Seine prend son élan ici. C’est elle qui modèle en partie le Bouchon de champagne, surnom donné au centre historique de Troyes en raison de sa forme caractéristique. Le fleuve est praticable en canoë et en kayak.

L’ancien canal sépare d’un trait la tête et le corps dudit Bouchon. On y a aménagé des quais fort agréables à la balade, tandis que le vaste Bassin de la préfecture fait la joie des pêcheurs.

On ne saurait oublier les digues, conçues pour protéger Troyes des crues de la Seine mais qui font aussi office de lieux de promenade.

Le fil blanc

C’est celui de la craie, qui a servi de matériau de construction.

Le centre ancien de Troyes regorge d’hôtels particuliers qui rivalisent de blancheur. Les églises sont de la même eau.

Quel édifice aura votre préférence : la cathédrale ou la basilique, l’hôtel de Vauluisant ou l’hôtel Juvénal-des-Ursins, l’ancien évêché (musée d’Art moderne) ou l’ancienne abbaye Saint-Martin-ès-Aires (qui abrite l’école d’art) ?

Le fil d’or

C’est celui de la robe du champagne.

Longtemps discret à Troyes, le vin de Champagne a désormais pignon sur rue à travers bars et boutiques.

Une place tout à fait justifiée quand on sait qu’une partie du vin des rois est élaborée aux portes de Troyes, sur la colline de Montgueux.

Le fil vert

C’est celui des parcs et jardins de la ville.

Ville très fleurie, Troyes compte de nombreux espaces verts qui méritent d’y passer de longues heures de flânerie.

Citons en premier lieu le vaste parc des Moulins, que quelques aménagements n’ont pas privé de son caractère encore un peu sauvage. Ce qui est aussi le cas du champêtre parc Lebocey, situé à la sortie de la ville, sur la commune de Pont-Sainte-Marie.

Comment ne pas s’extasier devant ce que les Troyes appellent affectueusement les « Petits Jardins », et notamment cette « Vallée suisse », aménagés à l’emplacement des anciens remparts et qui forment comme un monde à part, hors du temps ?

Coup de cœur particulier pour un jardin d’inspiration médiévale, le jardin des Innocents, oasis de verdure à la fois délicieuse, paisible et émouvante au pied de l’église Sainte-Madeleine.

Jardin de la vallée Suisse © Sandrine Maerten

Le fil rose

C’est celui du romantisme qui imprègne la ville.

Emanation du Moyen Age et de la Renaissance, Troyes a conservé un lacis de rues et de ruelles qui lui confèrent un charme envoûtant.

Comme pour consacrer ce statut de ville romantique, le Cœur de Troyes, sculpture à la forme évocatrice, est l’épicentre des rendez-vous amoureux.

A proximité de cette œuvre, une multitude de cadenas accrochés à une passerelle en signe d’engagement réciproque témoignent de la force d’attraction de ce lieu devenu emblématique.

Le fil multicolore

C’est au choix celui du vitrail, du textile ou des maisons à colombage.

Capitale mondiale du vitrail, Troyes s’est dotée d’un centre d’interprétation dédié (la Cité du Vitrail) qui rend hommage à cet art qui illumine les édifices religieux et se décline dans les bâtiments civils.

Troyes n’oublie pas non plus qu’elle reste la capitale de la maille. On y tricote toujours à tour de bras dans des bonneteries aussi illustres que Lacoste ou Petit Bateau. Les centres de marques (autrefois appelés « magasins d’usine ») perpétuent un autre versant de cette tradition textile.

Avec son extraordinaire collection de maisons à pans de bois (ou maisons à colombage) de toutes les couleurs, Troyes déploie assurément une gamme unique en France de pigments et de coloris divers appliqués à l’architecture locale.

Optique Mangin © A. Gontero

Et vous, quel sera votre fil rouge ?

Renseignez-vous auprès de Troyes La Champagne Tourisme, qui propose toute une série de visites guidées reprenant tout ou partie de ces thèmes, avec bien d’autres entrées encore.

Photos : Entête et Mise en avant © Bruno et PDPicks