En hiver sous nos pas, à notre insu, le grillon des champs, dans son terrier, se prépare à sortir au printemps pour enchanter nos soirées champenoises

Le grillon, animal totem chez les Eclaireurs-scouts, symbolise charme et félicité : en avoir autour de chez soi est un gage d’abondance et de bonheur.

Nous avons appris que toute friche n’est pas constituée que de terre et d’herbes, mais qu’elle est un lieu de vie intense de faune et de flore sauvage naturelle, une vie redécouverte aujourd’hui comme je l’ai constaté dans maints endroits de l’Aube en percevant le champ des grillons, là où je ne m’y attendais pas.

Ce fait atteste que malgré la disparition de trois quarts des espèces chez les insectes (six pattes), le robuste grillon est encore un peu présent chez nous et… résiste !

Toute terre non traitée chimiquement, non remuée, non inondable et herbue est le lieu d’habitat idéal pour attirer le grillon.

La moindre des choses, quand on s’invite dans la nature, est de connaître le nom des ses hôtes. L’affront serait l’indifférence. Sylvain Tesson

Sorti d’un œuf en le fracturant,avec sa taille de deux millimètres, il va confectionner un terrier pour s’isoler, suivant le plan de son programme génétique. Il hivernera à une faible profondeur, terminant sa longue métamorphose en apothéose au printemps.

Ainsi retranché, vivant de peu, il va grossir paisiblement pour atteindre la taille de 2,5 cm et devenir un bel insecte marron-noir, aux échancrures marbrées, dont seul le mâle va « striduler » au bord de son terrier en mai, au soleil.

Cela lui permet de communiquer avec les autres grillons mâles et femelles et de se comprendre avec l’attirance pour les femelles et la répulsion pour les autres mâles.

Le petit recycleur invisible

Omnivore, il se nourrit de petits cadavres d’insectes pour les protéines et de brins d’herbe saine pour se désaltérer. C’est un maillon de la chaîne des petits recycleurs invisibles de la nature qui nettoient et transforment la matière en terre.

A ce titre, malgré sa petitesse, c’est un être remarquable ! Il perçoit les sons avec ses ouïes situées sur ses pattes avant. Ses antennes fines sont son odorat, il les nettoie souvent et les enduit de sa salive aux propriétés antiseptiques.

Un couple de grillons champêtres © Yves Meurville

Le grillon vit un an dans un terrier remarquablement organisé. La femelle pond en juin dans la terre avec son oviscapte (organe creux), l’éclosion se produit 20 jours après la ponte. Le prédateur des juvéniles est la fourmi.

Le grillon saute, trottine, ne vole pas, il mue douze fois, il stridule (chant) en frottant ses deux ailes dures appelées élytres.

Respecter le grillon, c’est consentir un geste citoyen envers notre écosystème, notre biodiversité et œuvrer pour l’équilibre de la planète.

Pour terminer, un petit conseil : après la lecture de cette rubrique, allez écouter sur le web le chant-stridulation du grillon !

Avec l’autorisation de l’Est Eclair / Libération Champagne.