Sur les traces de Marguerite Bourgeoys à Troyes

Suivez les pas de Marguerite Bourgeoys à Troyes, avant son départ pour la Nouvelle France...

Marguerite Bourgeoys, une jeune femme troyenne, quitte tout, sa ville, son pays, sa famille, ses attaches et part pour Ville-Marie, en Nouvelle France (Canada), en 1653. Première institutrice de Ville-Marie - qui va devenir Montréal-, apôtre de l'évangile et de la langue française, pionnière des œuvres sociales, fondatrice de la congrégation de Notre Dame, Marguerite Bourgeoys est appelée la Mère de la Colonie par tous.

Découvrez la ville de Troyes au travers de son regard, avant qu'elle ne quitte son pays natal pour la Nouvelle France...

© Itinéraire Espace Marguerite Bourgeoys

Itinéraire

Sur les traces de Marguerite Bourgeoys à Troyes

Points d'intérêts

2 - Eglise Saint-Remy

Abraham Bourgeoys, maître-chancelier et Guillemette Garnier, les futurs parents de Marguerite, s'y marient le 3 février 1609.

3 - Place de l'Hotel de Ville

Plaque à Chomedey de Maisonneuve apposée contre l'Hôtel de Ville en 1947 par les Montréalais en reconnaissance de la fondation de Montréal (Ville-Marie) en 1642.

4 - Devant l'Hôtel de Ville

Maison natale de Marguerite Bourgeoys (Restaurant "Station Odyssée"). Maisons de famille qui ont donnée des compagnes à Marguerite.
Elle écrit « Dès ma petite jeunesse, Dieu m'a donné une inclination pour assembler des petites filles de mon âge pour demeurer ensemble et travailler en quelque lieu éloigné pour gagner notre vie...nous accommodions cela comme des enfants. »

La Belle Croix (monument de bronze fondu en 1792) y était située également.

5 - Eglise Saint-Jean-au-Marché

On peut y voir les fonts baptismaux. Dans ses écrits, Marguerite remercie Dieu « d'avoir, par sa bonté, reçu le baptême le Vendredi Saint, 17ème jour du mois d'avril 1960 »

S'y situe également la statue de Marguerite Bourgeoys et les enfants.

Le groupe de la visitation (Ecole Troyenne du XVIème siècle) a servi d'inspiration à la Congrégation de Notre Dame de Montréal.

6 - Place de la Préfecture

7 octobre 1640 elle écrit : «[...] le dimanche du Rosaire, j'allai à la procession aux Jacobins [...] on passa devant le portail de Notre-Dame aux Nonnains où il y a au-dessus de la porte, une image de pierre...je la trouvais très belle et en même temps, je me trouvais si touchée et si changée que je ne me connaissais plus [...] je me retirais d'avec le monde, pour me donner au service de Dieu...»

7 - Gendarmerie Nationale

Couvent de la Congrégation Notre Dame (chanoinesses de Saint-Augustin) où Marguerite Bourgeoys devient congréganiste externe après sa "conversion". Elle y restera attachée jusqu'à son départ pour la Nouvelle-France en 1653.


Photo © Lenoir & Associés Architectes Designers

8 - Faubourg Croncels (vers 1642)

9 - Cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul

Marguerite y est paroissienne pendant 9 ans (1644-1653)

10 - Hôtel du Chaudron (vers 1644)

M. Gendret (prêtre) me dit un jour que Notre Seigneur avait laissé trois états de filles pour suivre et servir l'Eglise : « [...] celui de la vie voyagère de la Sainte Vierge qu'il fallait honorer ne l'était pas et que sans voile ni guimpe, l'on serait vraiment religieuse. Ce qui m'était bien agréable... car j'avais pitié des filles qui, faute de biens, ne pouvais s'établir au service de Dieu. L'on nous met trois filles ensemble pour éprouver, mais cela ne réussit pas. »

11 - Saint-Nizier

Monsieur Antoine Gendret y est vicaire, en même temps qu'accompagnateur spirituel de la congrégation externe de la Congrégation Notre-Dame et aumônier des Carmélites du Faubourg Croncels.

12 - Gendarmerie Nationale

Soeur Louise de Sainte-Marie (de Chomedey) de la Congrégation Notre-Dame était la directrice des congréganistes du temps de Marguerite.

M. de Maisonneuve, gouverneur de Montréal, revient à Troyes en 1652. Marguerite raconte : « Je m'offre d'y aller (à Montréal) et il m'accepte, mais seule... ». Je parle (à M. Gendret) et sa réponse fut : « Mettez-vous sous la conduite de cette personne comme entre les mains d'un des premiers chevaliers de la Chambre des Anges ».

Marguerite écrit : « Un matin, étant bien éveillée, une grande femme vêtue d'une robe comme de serge blanche me dit distinctement : "VA ! je ne te délaisserai point" et je connus que c'était la Saint Vierge ce qui me donna du courage... »

Photo © Lenoir & Associés Architectes Designers

13 - Route de Paris

En détail

  • Dénivelé positif : 41.76 m
  • Dénivelé négatif : -41.89 m
  • Altitude de départ : 112.04 m
  • Altitude d'arrivée : 111.92 m

Avis