Rencontrer la cétoine dorée, c’est vivre le moment d’un temps suspendu à l’extase et au questionnement : « Pourquoi tant de beauté éphémère et venue d’où ? »

S’il en est qui subissent les récriminations des jardiniers, de toute évidence ce sont les vers blancs qui dévorent les racines des plantes et les anéantissent radicalement.

Le ver de la cétoine dorée « Cetonia aurata » en latin, d’aspect apparemment identique au ver du hanneton mais plus petit, est confondu à tort avec cet animal redoutable, ce qui lui est dommageable.

Il est un moyen simple de distinguer une larve de cétoine par un jeu identificatoire amusant et instructif.

En effet, contrairement au ver du hanneton qui se déplace sur ses 6 pattes, celui de la cétoine dorée, pratique étrangement la reptation sur le dos au moyen de menus poils raides : il suffit de le placer dans sa main et de réaliser qu’il se retourne, avance facilement.

De la famille des scarabées, la cétoine dorée, habitante notoire de notre région, se dirige laborieusement au printemps, à la recherche du pollen des fleurs de sureau, d’aubépine, d’églantier, de troène, de tilleul.

Ce gros « bourdonnant » aux reflets métalliques, vert cuivré, digne de l’étal d’un orfèvre, présente sur son corps de petites taches régulières et, inoffensif, il peut être attrapé manuellement.

Dans le Sud, la cétoine est considérée comme animal porte-bonheur.

Appelé de surcroît « hanneton des roses », ce nom n’est pas usurpé, car il visite cette rosacée pour lui croquer ses étamines polliniques, s’y réfugier en cas de pluie et la nuit venue, s’y endormir.

Surveillez les roses épanouies au printemps, vous y trouverez l’insecte !

Après l’accouplement, la femelle dépose une quarantaine d’œufs dans des végétaux en décomposition et ne pond jamais dans le sol ordinaire.

Le ver éclos, recourbé en U, à l’abri du danger, s’en alimente, y séjourne jusqu’à deux hivers dans la douce chaleur de fermentation des feuilles mortes, de gazon, parfois de fumier ou d’une souche laissée telle quelle.

À satiété, il s’y construit une coque rigide, semi- sphérique, constituée de particules dures mélangées à ses excréments, s’y enferme et subit à l’intérieur de profonds changements.

Il lui est octroyé par la Science une place dans le groupe des insectes de la « communauté saproxylique », un mot compliqué qui lui attribue une fonction écologique de recyclage des matières organiques mortes ou en cours de l’être.

C’est une aubaine insigne d’avoir la présence de ce ver dans son compost, qui le transformera avec le temps, en terreau fertile, si aucun produit chimique ni adjuvant n’est administré, ce qui à terme foudroierait ce précieux auxiliaire de la vie, allié de la terre.

Aux beaux jours, métamorphosé en « insecte parfait », rutilant d’éclats, il casse son habitacle et, quittant « la manne protectrice », s’envole à l’air libre.

Son essor, au démarrage fulgurant, s’effectue au moyen de longues ailes finement nervurées, qui s’extraient curieusement par de petites fentes situées sur les flancs de sa carapace et se déplient en voilure.

Au temps des Pharaons, le scarabée, dont le sacré, représentait le symbole de l’immortalité et de la création du monde.

Dans la pharmacopée, il était utilisé au 19ème siècle en Russie comme remède antirabique, administré en poudre sur une tartine de pain beurrée.

Jean – Henri Fabre , naturaliste autodidacte,  écrivit à la plume , pendant 30 ans sur cette petite table,  ses Souvenirs Entomologiques, des observations d’insectes dans son environnement proche , dont la cétoine dorée . 

J.H. FABRE, Naturaliste, écrit dans ses Souvenirs Entomologiques, le caractère emblématique du développement de la cétoine dorée et plus généralement de tout ces insectes décomposeurs qui recyclent à l’ombre et à notre insu, nos déchets verts.

Ainsi il écrit : « Tout doit rentrer dans le creuset rénovateur où la mort verse continuellement de la matière pour la continuelle floraison de la vie ».

Avec l’autorisation de l’Est Eclair / Libération Champagne

Texte et photos : Yves Meurville